Le poivron en prévention de la maladie de Parkinson?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 7 934 votes
Loading...

En France, la maladie de Parkinson atteint 100000 personnes.
C’est une maladie chronique, incurable qui provoque des tremblements et un ralentissement des mouvements.
Biologiquement, il s’agit d’un déficit du neurotransmetteur la dopamine, ce qui explique la prescription de L Dopa pour atténuer les symptômes.
Récemment, une étude américaine, parue dans le journal « Annals of Neurology » montre que la consommation de poivron pourrait réduire le risque de maladie de Parkinson.
Le poivron fait partie de la famille des solanaceae tout comme les tomates( déjà étudiées pour leur effet protecteur sur le cancer de la prostate) les pommes de terre et les aubergines qui en sont les fruits et tubercules comestibles.
Leur particularité est de contenir de la nicotine.
C’est une faible concentration certes mais suffisante pour saturer une partie importante des récepteurs nicotiniques a4b2 dans le cerveau humain.
Or dans les études animales sur la maladie de Parkinson la stimulation des récepteurs nicotiniques protègent les neurones dopaminergiques.
Auparavant, d’autres études avaient démontré que la nicotine contenue dans le tabac pourrait avoir un effet protecteur sur la maladie.
(La nicotine est dérivée de plantes de l’espèce Nicotania elle aussi de la famille des Solanaceae.)
Mais fumer provoque des maladies bien plus graves!
Les auteurs de ce travail ont donc souhaité évaluer les effets de la nicotine provenant de sources alimentaires sur le risque de maladie de Parkinson.
(Ce qui me semble tout de même préférable au tabac bien trop nocif pour la santé!)
Il s’agit d’une étude sur 490 malades atteints de maladie de Parkinson de diagnostic récent et sur 644 personnes non malades.
Tous ont répondu à un questionnaire standardisé sur leur consommation de tabac et d’aliments de la famille des Solanaceae.
La consommation de légumes n’appartenant pas aux Solanaceae a été notée.
Les participants de cette étude devaient indiquer la fréquence de consommation de chacun de ces aliments (jamais, 1 à 3 fois par mois, 1 fois par semaine ou plus)
L’étude à ainsi montré que la consommation de Solanaceae s’associe à une diminution du risque de maladie de Parkinson mais surtout avec le poivron.
Donc, la consommation de poivron plus de 2 à 4 fois par semaine s’ associe à une réduction de plus de 30 % du risque de maladie de Parkinson.
L’effet protecteur du poivron existait également chez des patients qui n’avaient jamais fumé ou peu fumé.
À l’inverse, il n’a été observé aucune influence avec la consommation de végétaux n’appartenant pas à la famille des Solanaceae.
Cette étude est très intéressante car elle démontre une fois de plus le rôle préventif de certains aliments.
Il faut rappeler, de plus, que les aliments riches en flavonoïdes et plus particulièrement en anthocyanes diminuent eux aussi le risque de développer la maladie de Parkinson ( aliments tels le thé vert, les pommes, oranges, vin rouge en petite quantité, baies comme les mûres, myrtilles, cassis, framboises mais aussi les cerises et le raisin noir)
Rappelons que ce sont les flavonoïdes qui donnent leur couleur aux végétaux.
Je reste persuadée qu’une bonne alimentation judicieusement choisie peut être la meilleure médecine préventive.
Docteur DENJEAN qui va aller se préparer une bonne ratatouille ….

20131111-091504.jpg

6 Réponses

  1. Personnellement je lutte avec des exercices de kinésithérapie, de tai-chi, de yoga et de stretching qui limitent la raideur articulaire et musculaire. La danse et surtout le tango qui favorise l’équilibre en cadençant les pas sur la spontanéité de la musique saccadée. Quotidiennement 15 minutes de marche ou de vélo pour lutter contre l’atrophie musculaire. Sans toutefois se lamenter mais de toujours avoir la volonté à se bouger pour rester autonome avec un esprit en éveil et entreprenant.
    Avec de la volonté, les jours passent sans penser au lendemain et surtout ne se ressemblent pas. Cette affection dégénérative du système nerveux doit se combattre pour la motricité, la lenteur gestuelle et sur la perte de mouvements automatiques de mon quotidien. Mon comportement optimiste me fait surmonter tout début de découragement.
    Merci pour votre blog qui pense à nous, les retraités actifs.

  2. Je viens de lire votre article à mes parents. Vous leur avez fait passer une excellente journée et ils vont appliquer avec la plus grande attention ces différentes recommandations.
    Ils sont, tous deux, particulièrement inquiets du risque de maladie de Parkinson.
    Nous allons maintenant suivre encore avec plus d’attentions votre blog.
    Merci pour la portée de vos articles, surtout pour les personnes âgées.

  3. Je suis …sur mes éléments. .toute l’année. .sur mon marche qoditien. .
    Primeur krey. ..? A tous les jours. .
    La possibilité. ..de préparer des bocaux
    De poivrons. ..blanchis…et stériliser
    Plus informations. .a l’adresse
    Merci de votre intention. ..les fans »

  4. Le poivron est le fruit d’une plante et pourtant, il est cuisiné comme un légume. Cueilli avant sa maturité, le poivron est vert, puis il passera au jaune, orange et enfin au rouge lorsqu’il sera bien mûr.
    Pourvus en vitamines C (120mg/100g) et B, il est relativement faible en vitamine A. Toutefois, ses antioxydants y sont bien présents et permettent de protéger les cellules de l’organisme des dommages causés par les radicaux libres et donc, de prévenir certaines maladies liées au vieillissement. À noter d’ailleurs que les poivrons rouges comportent davantage d’antioxydants que les verts.
    Ses fibres sont parfois mal supportées par les intestins les plus sensibles, surtout lorsque le poivron est consommé cru. Coupé alors en tronçons très fins et surtout bien mâcher avant de les avaler. On peut aussi passer le poivron sous le grill du four, puis les peler afin qu’il soit encore plus digeste.
    Le poivron a des propriétés stimulantes, diurétiques et antiseptiques. Ainsi, il est efficace entre autre à soigner les douleurs musculaires et articulaires, les torticolis et les rhumatismes.
    Recommandation : Les poivrons congelés perdent effectivement de la vitamine C. En revanche, si on les fait blanchir à l’eau avant la congélation, on diminuera les pertes d’environ 25%.

  5. Vous avez bien raison, la ratatouille c’est très bon, mais on risque de vous rétorquer que le poivron n’est pas un légume de saison !!!
    J’ai encore appris quelque chose de très intéressant aujourd’hui grâce à vous, et même si je suis encore très frustrée ( arrêt du tabac il y a un an sans aide aucune) je pense que je ne me remettrai pas à fumer pour éviter Pakinson.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Souscription au Blog par Email

Loading

Compteur de visites

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 7 934 votes
Loading...
7 611 944 visites

Articles récents